Laurie Tremblay

Mon petit coin de paradis
  • Facebook
  • Twitter
  • Google +

La ferme biologique

La ferme biologique - Laurie Tremblay

Je suis bénévole sur une grande ferme biologique près de Montréal. Bien, elle me semble grande, mais il paraît que c’est une ferme de taille moyenne. Peut-être, c’est ma perception de ce qui est grand qui fait en sorte que je sente que cette ferme devrait être classée comme étant grande. Mais bon, c’est assez pour ça, je vais vous parler plus de ce que je fais comme travail.

Je viens de l’Abitibi-Témiscamingue et je voulais visiter la province. En trouvant un réseau de fermes biologiques qui offrent la possibilité de faire du bénévolat en échange de résidence et de nourriture, j’ai sauté sur cette occasion. C’est une opportunité incroyable parce qu’on apprend à cultiver la terre en utilisant la méthode ancienne, celle qui existait avant l’arrivée des monocultures et des engrais et pesticides chimiques, en plus de visiter les endroits où on veut aller. Et, ceci n’est pas limité au Québec, ni au Canada ; une panoplie de pays à travers le monde y participent. C’est fou comme c’est plaisant de recevoir un gîte et trois repas pour six heures de travail par jour. De plus, si les hôtes ont le temps et nous apprécient, certains acceptent de nous accompagner pour nous faire visiter la ville.

Alors, me voici sur cette jolie ferme d’une biodiversité exemplaire. La propriétaire tente d’y faire pousser à peu près tout ce qui peut être cultivé au Québec : bleuets, fraises, framboises, mûres, pommes, abricot, prunes, poires, patates, laitue, concombre, carottes, melons, betteraves, tomates, haricots, fèves vertes, aubergine, zucchini, navet, piments, patates sucrées, et j’en passe. Elle maintient aussi un endroit spécifique pour les épices, toutes les sortes imaginables.  Ensuite, elle cultive aussi des fleurs décoratives pour en faire de jolis bouquets.

À tous les samedis, elle se rend à un marché de fermiers locaux de Montréal pour vendre ses denrées. Pour l’aider, elle m’a demandé de trouver une compagnie d’impression grand format Montréal. Elle n’a tout simplement pas le temps de gérer cela. Elle m’a tendu sa caméra et m’a demandé de préparer une affiche qu’elle pourra accrocher et qui sera rigide pour ne pas battre au vent. Donc, j’ai fait des recherches sur Internet et j’ai trouvé ce dont j’ai besoin.

L’affiche est superbe. La propriétaire a réussi à dénicher un porte-manteau qu’elle apportera comme support pour l’accrocher. C’est une bonne idée, car pendant les jours frais ou pluvieux, elle aura un endroit où mettre son manteau, son parapluie et son chapeau pendant qu’elle se trouve en dessous de la tente pour faire les transactions avec ses clients.

Et moi, j’ai la chance de participer. Je parle aussi aux clients, et elle me fait assez confiance pour partir faire ses commissions en ville. C’est plaisant comme expérience !

 

The author:

author

Écrivaine, journaliste et blogueuse, Laurie Tremblay saura vous plonger dans son univers. Après la publication de son premier essai, elle acquiert une certaine notoriété et se tourne vers le web 2.0. Tous en animant son blogue, elle participe aussi à la rédaction de plusieurs sites, où elle anime entre autre les rubriques santé et bien-être.