Laurie Tremblay

Mon petit coin de paradis
  • Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un changement peu ordinaire

Un changement peu ordinaire - Laurie Tremblay

Changer, c’est bien. Mais pas à n’importe quel prix. Je venais de me libérer de tous mes colocataires. Il y avait beaucoup de place maintenant. J’avais l’intention d’agrandir ma chambre, et de faire que la deuxième chambre devienne un studio d’enregistrement de musique. Je vivais dans une rue assez calme. J’avais de la chance. Je reçus l’approbation du propriétaire quelques jour après, qui me donnait carte blanche pour faire tous les travaux nécessaires que je voulais dans l’appartement. Après quelques calculs, je finissais par trouver le moyen d’insonoriser complètement le futur studio. Pour ce qui est du reste, j’avais collecté des tas de pots de peinture par-ci par-là, dans ma famille et chez mes amis.

Je partais à la recherche d’une porte blindée pour mon studio. Je rentrais dans un magasin de porte et fenetre Saint-eustache, pour savoir s’il leur était possible de fabriquer ce genre de portes. Le prix qu’ils avaient fini par me donner, fit tomber mon porte-monnaie par terre. Malgré toutes mes économies, je n’avais pas assez pour acheter la porte blindée qu’on me proposait. Il me fallait choisir. Acheter une seule porte, ou retaper toute la maison. Je choisissais la porte blindée, en attendant de voir des jours meilleurs. Un de mes amis insista pour m’aider à faire quelques travaux. Au point où j’en étais, je ne pouvais qu’accepter. Je lui laissais libre choix de choisir les travaux qu’il voulait faire. Il m’affirma avoir une idée, et quelques astuces pour insonoriser la chambre. Je le laissais faire, en espérant que, quoi qu’il fasse, cela ne puisse freiner l’ouverture prochaine de mon studio.

Je revenais quelques jours après, pour voir ce qu’il avait bien pu inventer pour insonoriser la chambre. Il avait fait disparaître la fenêtre, en la comblant avec des briques. Il avait tapissé tous les murs avec des matelas de mousse, rendant l’atmosphère suffocante. Mais ce qu’il y avait de plus terrible, c’était la peinture qu’il avait choisie dans tout l’appartement. Il avait peint les portes en vert, presque tous les murs étaient à rayures bicolores. Il avait même peint certains sols en peinture fluo. Il m’avait attendu sourire aux lèvres, persuadé de me faire plaisir et d’avoir accompli le meilleur travail attendu. Je ne savais quoi répondre à cet instant. J’avais juste l’impression que j’allais vivre dans un appartement complètement ridicule. Je lui offrais quand même un verre pour le travail fourni. Au bout d’une demi-heure, et je ne sais comment aujourd’hui, je me rendais compte qu’il était daltonien. La première paye de mon studio, allait servir à acheter un grand bidon de peinture blanche pour effacer toute l’horreur. Ce n’est pas parce que l’on travaille dans le domaine du son, qu’il faut esquinter la vision.

 

The author:

author

Écrivaine, journaliste et blogueuse, Laurie Tremblay saura vous plonger dans son univers. Après la publication de son premier essai, elle acquiert une certaine notoriété et se tourne vers le web 2.0. Tous en animant son blogue, elle participe aussi à la rédaction de plusieurs sites, où elle anime entre autre les rubriques santé et bien-être.